Outils professeurs

En savoir plus sur Albert Ball

samedi 16 octobre 2010
par Casiez Jean-Claude
popularité : 1%

GIF - 2.9 ko Pour en savoir plus sur Albert Ball.

Il n’y a pas d’ouvrages sur Albert Ball écrit en français. Notre référence reste l’ouvrage de Patrick de GMELINE sur les "As de la Grande Guerre. (édition Presse de la Cité 1995).

Des ouvrages sur « l’histoire de la Royal Air Force » traduits en français évoquent Albert Ball. (PML Édition).

Par contre, en anglais , plus de trente livres sont consacrés à Albert Ball. Le plus récent et, sans doute le plus complet, date de 1994. Il a été écrit par Chaz Bwyer (Bridge Book éditions Clwyd).

La vie d’Albert Ball

Albert Ball,célèbre as de l’aviation britannique ayant remporté 44 victoires,est né en Angleterre en 1896.Alors qu’il grandit sur les terres de ses parents,il devint un excellent tireur grâce à un pistolet qui fit de lui un champion. A l’âge de 17 ans,il était en possession d’un petit commerce de robinetterie et d’appareillage électrique situé derrière la maison de ses parents.

Ball incorpora l’aérospatiale française et devint pilote au Printemps 1916.Il commença à piloter deux biplans en France pour l’escadre No. 13.Il se lassa rapidement et demanda une mutation.Celle-ci lui fût accordée en Mai 1916,et fût affecté aux avions de combat de l’escadre No. 11.Les premiers appareils qu’il conduisit pour cette escadre furent les « Bristol Scouts » et « Nieuport 17 ». Durant sa courte carrière,l’avion qu’il préférait piloter était le« Nieuport ».

Il remporta sa première victoire le 22 Mai en abattant deux avions allemands, mais un seul tir fut considéré comme un exploit. Ball reçut la « Military Cross » fin juillet 1916 et le « Distinguished Service order » au début de l’automne. En Octobre 1916, Albert Ball avait déjà 9 victoires à son actif.

Après une courte interruption due à un « passage à vide », Ball rejoignit l’escadre No. 56 en Avril 1917. Courant Avril, réputé être un « avril sanglant » en raison de pertes d’hommes catastrophiques parmi les alliés aux mains des Allemands, Ball détint son record de victoires. A cette époque, il pilotait un SE5a.

Albert Ball fut baptisé « le Guynemer Britannique », ce qui était un grand honneur. C’était un pilote de combat très agressif prenant parfois de très grands risques. Sa tactique de prédilection consistait à foncer sur l’appareil ennemi, se placer sous son ventre, et bombarder cet avion. Durant sa carrière, il fut abattu six fois, mais il réussit toujours à conduire son appareil endommagé en lieu sûr ? Ball préférait de beaucoup les missions solitaires à celles en groupe.

Ball fut le premier pilote de cette guerre à fixer un miroir à son avion de façon à voir derrière lui sans tourner la tête. Cette initiative fut rapidement suivie par de nombreux pilotes alliés et allemands. 

Lorsque Ball était de retour au sol et non en mission, il faisait généralement bande à part. Alors que ses collègues buvaient et se réunissaient, Ball s’asseyait plutôt pour écouter son phonographe ou jouer du violon. C’était un ardent jardinier et il passait beaucoup de temps à ensemencer et travailler un petit lopin de terre qui se trouvait derrière ses locaux.

Le 6 Mai, Ball abattit son dernier avion ennemi, numéro 44. Le 7 Mai, alors qu’il était en patrouille, Ball se trouva impliqué dans une bataille contre la flotte de von Richthofen. Après un combat épuisant, l’avion de Ball s’écrasa au sol près de la maison de Melle Cécile DELOFFRE, une fermière française, habitant ANNOEULLIN. Alors que le beau jeune pilote gisait dans l’épave de l’appareil, elle souleva doucement sa tête et Albert Ball ouvrit les yeux un instant, mais en l’ espace de quelques secondes il était mort. Il avait juste 20 ans.

Les allemands clamèrent que Lothar von Richthofen, le frère du Baron Rouge, avait abattu Ball. Cependant, quand le Capitaine Ball fut découvert par Melle Deloffre, il ne souffrait d’aucune blessure, pas plus que son avion n’était endommagé par le feu de l’ennemi. Toutefois, la queue de l’avion était manquante et l’on sait qu’il avait volé dans une épaisse perturbation avant l’atterrissage fatal.

Les experts pensent qu’un gel soudain pourrait avoir provoqué la cassure du fragile avion, ou qu’il pourrait avoir été désorienté après trois heures de vol et de combat stressantes, ou encore qu’il pourrait simplement être tombé en panne de carburant.

Quelle qu’en soit la raison, la mort de Ball, la veille du jour prévu se son retour à la maison, fut un coup très dur — pour ses parents Harriet et Albert, accablés, son frère et sa sœur Cyril et Lois, sa fiancée Flora Young... et pour la nation qui vénérait son jeune conquérant du ciel.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois